Fonds de dotation NEVER FORGET BIAFRA

Facebook

Twitter

Page under construction

Page en construction

Comments (1)

Post comment

To carry out its research and help future generations to live peaceably and re-appropriate this part of their history, NeverforgetBiafra reserves the right to raise funds through donors, individuals and legal persons based in France and elsewhere. The funds raised will be exclusively dedicated to the carrying out of its projects.
NeverforgetBiafra will collect testimonies from refugees taken from various reception centers (Gabon, Ivory Coast …), from children adopted or sponsored at the end of the war and from witnesses of the events (journalists, clerics, humanitarian workers, donors, volunteers, etc.) who directly or indirectly contributed to the children’s survival.

NeverforgetBiafra will acquire all the means to reach its goals: collection and dissemination of private and public archival material (documentary database, filmography, bibliography …); life stories and testimonies of all the actors with the support of researchers and historians. The sum of collected documents will illustrate and comment the Biafra tragedy and will thus shed light on the humanitarian commitment which ensued.
The result of this research will be made available to the general public thanks to the creation of an internet site and of an exchange platform. The maintenance and the updating of the website NeverforgetBiafra will be provided by the fund.
Should some documents require to be translated, the fund might be able to take care of the writing, translation, dissemination and promotion of available work in English or in other languages, under specified conditions.
NeverforgetBiafra will take part, on request, in conferences, programmes, congresses and debates. These communicative events will contribute to disseminate the project. In this case, the benefits which might result from potentially charged services will have to be reallocated to the endowment fund of NeverforgetBiafra.

The founding members of the project willfully accept the founding values of NeverforgetBiafra and in return agree to receive no financial or material reward whether direct or indirect.

 

The endowment fund called “NeverForgetBiafra” is a humanitarian, cultural and educational project which aims at reconsidering the Biafran conflict through the lives of refugee children, their families and all witnesses of the war (1967-1970). As such, it is a non-profit, non-denominational and non-political organization.

During the Biafran events, for the first time, French and European media covered the tragic situation experienced by refugee children; this set a precedent for humanitarian crisis management and the “right of interference”.

Regina Ubanatu lived in Biafra refugee camps. After a long identity quest, she told her story and conveyed her suffering in an autobiographical book entitled: La Petite fille qui dansait dans sa tête. This work, based on a long research and supported by a collection of testimonies, was praised by the media and the general public. It evokes with deep emotion a seldom remembered tragedy.
Regina Ubanatu was confirmed in her idea by the numerous witnesses who contacted her after her book was published. Thanks to the support and the commitment of some of these people, she decided to carry on this collective work of remembrance through the creation of an endowment fund.

 

The endowment fund is a first step towards the restoration of Nigeria’s humanitarian history.
Using funded or collected research, life stories, publications, testimonies etc., the “NeverForgetBiafra” endowment fund will offer an exchange and sharing platform, aiming to soothe the pains which have remained silent until now, restore forgotten identities, gather families scattered across the globe, and, in fine, help Nigeria to re-appropriate a common history which all could recognize and share.

Donation failed. Please try again.

Moyens

Pour mener à bien ses recherches et aider les générations futures à vivre dans la paix et à se réapproprier cette part d’histoire, NeverforgetBiafra s’autorise le droit de collecter des fonds auprès de donateurs, personnes physiques et morales domiciliées en France et dans le monde. Les fonds collectés seront exclusivement affectés à la réalisation de ses travaux.

NeverForgetBiafra s’attachera à collecter des témoignages auprès de réfugiés recueillis dans les différents centres d’accueil (Gabon, Côte-d’Ivoire…) , auprès d’enfants adoptés ou parrainés à la fin de la guerre et de témoins des événements (journalistes, religieux, humanitaires, médecins, donateurs, bénévoles, etc.) ayant directement ou indirectement contribué à la survie des enfants.

NeverForgetBiafra se dotera de tous les moyens pour atteindre ces objectifs : collecte et diffusion d’archives publiques ou privées (base documentaire, filmographie, bibliographie..) ; récits et témoignages de tous les protagonistes avec l’appui de chercheurs et d’historiens. L’ensemble de ces collectes viendront illustrer/ commenter la tragédie du Biafra et ainsi apporter un éclairage sur l’élan humanitaire qui s’en est suivi.

Ces travaux de recherches seront portés à la connaissance du grand public par la création d’un site internet et d’une plateforme d’échanges. La maintenance et l’actualisation du site internet NeverForgetBiafra est assurée par le fonds.

Dans l’hypothèse où certains documents nécessiteraient des travaux de traduction, le fonds pourrait prendre à sa charge, sous certaines conditions, les travaux d’écriture, de traduction, de diffusion et de promotion en anglais ou dans tout autre langue. À la demande, NeverForgertBiafra pourra participer à des conférences, émissions, colloques et débats. Ces actions de communications contribueront à la diffusion du projet. En ce cas, les bénéfices résultant des prestations éventuelles facturées devront être réaffectés au fonds de dotation de NeverForgetBiafra.

Les membres à l’origine de ce projet adhérent de leur plein gré aux valeurs fondatrices de NeverForgetBiafra et s’engagent, en retour, à ne percevoir aucun bénéfice financier ou matériel, direct ou indirect.

Objectifs

Le fonds de dotation intitulé « NeverForgetBiafra » s’inscrit dans une démarche humanitaire, culturelle et éducative visant à revisiter le conflit du Biafra au travers du parcours des enfants réfugiés, de leurs familles et de tous les témoins de la guerre (1967-1970). À ce titre, son but est non lucratif, non confessionnel et apolitique.

Au cours des événements du Biafra, la médiatisation de la situation dramatique vécue par les enfants réfugiés avait, en France et dans certains pays européens, constitué une première, posant les prémices de la gestion humanitaire des crises et du « droit d’ingérence ».

Longtemps en quête d’identité après avoir vécu dans les camps humanitaires biafrais, Regina Ubanatu évoque son histoire et sa souffrance dans un ouvrage autobiographique : « La petite fille qui dansait dans sa tête ». Ce livre, fruit d’un long travail de recherche et de recueil de témoignages, a été salué par la presse et le grand public. Il retrace avec émotion une tragédie presque oubliée. Confortée par les nombreux témoins qui se sont manifestés à la sortie de ce livre, et forte du soutien et de l’engagement d’un certain nombre d’entre eux, Regina Ubanatu a décidé de poursuivre ce travail de mémoire collectif au travers de la création d’un fonds de dotation.

NeverForgetBiafra se dotera de tous les moyens pour atteindre ces objectifs : collecte et diffusion d’archives publiques ou privées (base documentaire, filmographie, bibliographie..) ; récits et témoignages de tous les protagonistes avec l’appui de chercheurs et d’historiens. L’ensemble de ces collectes viendront illustrer/ commenter la tragédie du Biafra et ainsi apporter un éclairage sur l’élan humanitaire qui s’en est suivi.

Key dates of the Biafran war

1945

Pogroms against the Igbo, one of Nigeria’s three main ethnic groups, in Jos; hundreds of casualties

1953

Pogroms against the Igbo in Kano; hundreds of casualties

1er october 1960

Indépendance du Nigeria

1er october 1963

The country becomes a federal Republic with three regions: North, East and West. Nnamdi Azikiwe, an Igbo, becomes President

December 1964

Elections. Tafawa Balewa, a Hausa, is re-elected Prime Minister

14 - 15 January 1966

Military coup led by Major Nzeogwu (Igbo). Aguiyi Ironsi, an Igbo, becomes Head of State

May - June 1966

New pogroms against the Igbo in the north: more than 30,000 casualties. The Igbo flee to the East

29 july 1966

Counter-coup: Ironsi is killed and Yakubu Gowon, from a northern Christian minority, takes over as Head of State

18-24 September 1966

New pogroms against the Igbo throughout the federation. More than 20,000 casualties. New Igbo exodus

4-5 January 1967

The military high command meets in Aburi, Ghana, to sign an agreement and end the violence. Gowon will later reject this agreement on the Brits’ advice

26 May 1967

Nigeria is divided into twelve States. The Eastern Region votes to secede. Gowon proclaims a state of emergency

30 May 1967

The Eastern Region declares its independence under the name of Biafra and chooses Enugu1 as its capital. The Regional governor, Colonel Odumegwu Ojukwu, becomes Biafra’s Head of State

6 July 1967

Oil companies operating on the eastern coast decide to do business with Biafra. Nigerian forces launch the offensive against Biafra

14 July 1967

Fall of Nsukka. The Nigerian army plunders the university

26 July 1967

Fall of Port-Harcourt, main Biafran port on the Atlantic, and of Bonny island

7-22 september 1967

Offensive biafraise sur le Midwest du Nigeria, qui se poursuit jusqu’à Ore.

26 september 1967

Début du bombardement d’Enugu, capitale du Biafra.

4 october 1967

Prise d’Enugu

19 october 1967

Fall of the coastal port of Calabar

31 March 1968

Fall of Onitsha, an international market and main port on the Niger. Battle of Abagana, the only great Biafran victory on its own territory: 6 000 Nigerian casualties and 1000 Biafran dead

12 April 1968

Tanzania recognises Biafra

8 May 1968

Gabon recognises Biafra

20 May 1968

Zambia recognises Biafra

23 September 1968

First French arms shipment to Biafra

1st October 1968

Fall of Okigwe

December 1968

In Biafra, some 14, 000 people die every day (info CICR1)

22 march 1969

Haiti recognises Biafra

22 April 1969

Fall of Umuahia, Biafra’s interim capital

31 July 1969

General de Gaulle calls for Biafra’s autodetermination

December 1969

Four major Nigerian attacks

9 January 1970

The Nigerian army recaptures Owerri

11 January 1970

Biafra’s Head of State takes refuge in Ivory Coast. Fall of Uli, Biafra’s last air-strip, and cease-fire

12 January 1970

Biafra surrenders

1st October 1982

President Shehu Shagari grants Ojukwu his pardon and allows him to come back from exile

8 September 2005

‘Biafran’ riots in Onitsha, involving the National Association of Road Transport Owners (NARTO), the Movement for the Actualisation of the Sovereign State of Biafra (MASSOB) and the Anambra Vigilance Services (AVS). ...

15 January 2008

The 63 survivors from the group of Nigerian soldiers who had joined Biafran forces in 1967 receive their veteran pension and the pardon of the Head of State
Reflections on the war

They say: “After all, it’s none of your business!’ by Regina Ubanatu

Biafran cultures in literature

Press articles
NameArticleDate
Elle magasineLe biafra et l'effroi27/11/2008
Paris matchRencontre avec le leader indépendantiste du Biafra23/06/2017
Bibliography
Forthcoming events
Audiovisual documents
TitleDurationAuthor
DateRésuméLink
Senghor sur le Biafra00min 52sJT 20H20 Aug.1968M. SENGHOR marchant sur aérodrome - ITW GP de Léopold Sedar SENGHOR sur la tragédie que vir le Biafra (aspect humanitaire et aspect politique) : "on ne peut pas assister à cette lente agonie qui est la leur."Display
La guerre au Biafra01min 58sJT 20H27 May 1968Soldat arrivant à PORT HARCOURT : prise de l'aérodrome et de certains grands bâtiments de la ville.Départ de réfugiés sur les routes : femmes et enfants les paquets sur la tête, foule hurlante dans la rue.Interview d'un délégué de la Croix Rouge qui fait le point sur la situation d'urgence. Il explique ce que la Croix Rouge a déjà mis en place et ce qu'il conviendrait de faire.Display
Famine au Biafra01min 42sPanorama13 March 1969Le gouvernement du Nigéria s'oppose au désir de sécession de sa province orientale : le Biafra . Il utilise non seulement les moyens militaires mais aussi le blocus alimentaire ce qui engendre aussitôt une famine dévastatrice.Images d'enfants dans un dortoir d'un hopital militaire de la Croix Rouge.Display
Manifestation pro Biafra en Allemagne00min 56sJT NUIT17 Aug. 1968Ce reportage (muet) est consacré à une manifestation qui a eu lieu à Berlin Ouest (?), devant l'ambassade d'URSS, en solidarité avec le Biafra, en guerre avec le Nigeria. Les manifestants, parmi lesquels des jeunes et une femme noire portent des banderoles écrites en allemand et en russe. L'URSS est accusée de soutenir le gouvernement fédéral du Nigeria et de lui fournir des armes.Display
Bernard Kouchner à propos de l'aide humanitaire au Biafra01min 16sRésistances30 March 1989Bernard KOUCHNER explique pourquoi lors du conflit du Biafra, un groupe de "French Doctors" s'est désolidarisé des principes de la Croix Rouge Internationale en créant un "Comité international contre le génocide au Biafra" afin d'alerter l'opinion publique : "il fallait être le porte voix de ceux qui n'ont plus de voix".Display
Panique au Biafra 07min 49sJT 20H30 August 1968Point sur la situation de guerre civile au Nigéria depuis la sécession de la province du Biafra en mai 1967. La ville d'Aba, dernière capitale administrative du Biafra, est encerclée par les troupes fédérales. La population civile a quitté la ville pour trouver refuge à Umuahia, où siège le gouvernement du colonel Ojukwu.- Interview du colonel Rolf STEINER (mercenaire) sur la situation.- Interview d'un chirurgien suisse de la Croix Rouge Internationale : les problèmes que la Croix Rouge rencontre face à l'ampleur de la catastrophe et de la famine. - Display
Dernier vol sur Uli-Biafra06min 22sJT 20H15 Jan. 1970Le gouvernement du Nigéria s'oppose au désir de sécession de sa province orientale : le Biafra . Il utilise non seulement les moyens militaires mais aussi le blocus alimentaire ce qui engendre aussitôt une famine dévastatrice . Pour lutter contre cette famine, des DC4 affrettés par la Croix Rouge française chargés de vivres et de médicaments essayent d'attérir, la nuit, au Biafra . But de l'opération, sauver ce qui peut-être encore sauvé . Dans ce reportage, nous suivons "le vol de la dernière chance" d'un DC4 qui quitte Libreville Display
Interview président Croix Rouge sur Biafra02min 47sJT 13H01 Sept. 1968Le président de la Croix Rouge remercie au nom de la Croix Rouge les français de leurs dons pour le Biafra : "Remerciements à ceux qui ont donnés : aux enfants et aux vieux, aux paysans, ouvriers, ingénieurs, médecins. Merci à cette solidarité." Il annonce le départ d'une mission médicale pour le Biafra.Display
Premier reportage sur la région du Biafra06min 27sJT 20H22 Jan. 1970Reportage sur la famine dans la région du Biafra, qui a été réintégrée au Nigéria, et sur la distribution de nourriture dans un camp de réfugiés.Interview d'un Biafrais et de deux médecins de la Croix rouge.Display
Shadow of Nigeria’s Biafra war still looms large, 50 years on15min 49sStuart Dorval 01 Sept. 2017On May 30, 1967, General Emeka Ojukwu declared Nigeria’s southeastern Biafra region an independent state, sparking what would become a bloody civil war that claimed more than one million lives. Fifty years on, many veterans from both sides of the conflict have taken their stories to the grave, but FRANCE 24 managed to meet with some who shared their memories of bravery, desertion and near-death experiences.Display
Guerre de sécession au Nigeria16min 22sPanorama14 July 1967Reportage sur la guerre de sécession au Biafra, état oriental du Nigeria fédéral, avec notamment une interview du colonel Odumegwu Emek OJUKWU.Display
Femmes Igbos du Nigeria 51mn29Lady NGO MANG18 Dec. 2014L’émission Lady vous écoute du 18 décembre 2014 consacrée aux « Femmes Igbos du Nigeria ».
Une très belle émission de la chaine câblée TELESUD nous offre à travers une thématique, rarement abordée dans les médias, la possibilité de découvrir l’Afrique autrement en misant résolument sur ses atouts culturels côté féminins.
Un autre regard du Nigeria incontestablement !
Display

Post comment

Aims

The endowment fund called “NeverForgetBiafra” is a humanitarian, cultural and educational project which aims at reconsidering the Biafran conflict through the lives of refugee children, their families and all witnesses of the war (1967-1970)

Learn more
Means

To carry out its research and help future generations to live peaceably and re-appropriate this part of their history, NeverforgetBiafra reserves the right to raise funds through donors, individuals and legal persons based in France and elsewhere

Learn more

Support us

Donate now by using the form evailable here! Consider making your contribution monthly – it will help sustain Never Forget Biafra work all year.

Photo gallery extract

CONTACT US – SHARE YOUR TESTIMONYYOUR TESTIMONY

Share your testimony thanks to the contact section of the site

CONTACT

THEY TALK ABOUT US

  • buildproplus
  • buildproplus
  • buildproplus
Objectifs

Le fonds de dotation intitulé « NeverForgetBiafra » s’inscrit dans une démarche humanitaire, culturelle et éducative visant à revisiter le conflit du Biafra au travers du parcours des enfants réfugiés, de leurs familles et de tous les témoins de la guerre (1967-1970)

Lire plus
Moyens

Pour mener à bien ses recherches et aider les générations futures à vivre dans la paix et à se réapproprier cette part d’histoire, NeverforgetBiafra s’autorise le droit de collecter des fonds auprès de donateurs, personnes physiques et morales domiciliées en France et dans le monde.

Lire plus

Soutenez nous

Faites un don maintenant en remplissant le formulaire disponible içi ! Notez que vous pouvez aussi faire un versement mensuel, ce qui aidera Never Forget Biafra à mener ses activités tout au long de l’année.

Extrait galerie photos

CONTACTEZ NOUS – PARTAGEZ VOTRE TEMOIGNAGE

Partagez-nous votre témoignage grace à la rubrique contact du site

CONTACT

ILS PARLENT DE NOUS

  • buildproplus
  • buildproplus
  • buildproplus
Votre témoignage : Avez-vous une expérience similaire à partager ?

Remplissez le formulaire en ligne et postez votre message (maximum 1500 mots)



Fr. André Héroux 16 novembre 2013
Maison St Joseph
26400 Allex France

Après 1965, la décennie des indépendances en Afrique se terminait très mal. Les nouvelles de massacres horribles au Nigéria Nord nous parvenaient dans le Sud-Est du Cameroun (la province la moins peuplée du Cameroun autour de Bertoua,Abong-mbang, avec quelques pygmées dans la forêt) bordant Centrafrique et Congo-Brazza. Avec les spiritains néerlandais nous étions seulement deux français, au Collège de Doumé pour enseigner notre langue; j’étais révolté et j’approuvais la sécession du Biafra , en désaccord (pour la 1re et seule fois ) avec mon aîné, le P. Bernard Vesval, Normand lui aussi.

En 1971, pour enseigner le français encore, je suis allé à Buea, au Cameroun anglophone. Et de là j’ai pu faire à moto, après Pâques 1974, ma première visite au Nigéria voisin , encore bien dévasté (les routes étaient encore trop mauvaises pour aller en voiture); j’ai eu un accueil chaleureux de mes confrères spiritains Ibos et j’ai rencontré des chrétiens très vivants et très énergiques pour reconstruire leur pays. Ce fut une joie pour moi en février 1975 de recevoir la proposition d’aller enseigner le français au Nigéria, au Séminaire spiritain d’Ihiala entre Onitsha et Owerri.

J’étais le premier missionnaire envoyé au Nigeria après l’expulsion de missionnaires, en 1970, environ 200 spiritains et près d’une centaine appartenant à d’autres congrégations : car ils avaient continué leur ministère au Biafra pendant la sécession. Pour ma part j’ai attendu presqu’un an mon visa pour y aller. Mais quel bonheur ces quatre ans dans ce pays Ibo, si nouveau, si dynamique !

Le projet en 2013 « Never forget Biafra » a résonné fort dans ma mémoire. Mais j’ai pensé aussitôt à l’apartheid de l’Afrique du Sud ; j’étais là-bas de 1995 à 98 après l’arrivée de Nelson Mandela avec sa proposition de « Nation Arc-en-ciel ». Quelle aurore pour ce pays si torturé par le racisme pendant des décennies, et qui voyait enfin se lever un espoir de réconciliation et de vraie paix !

Your testimony : Do you have similar experience to share?

Fill out the form online and post your message (maximum 1500 words)



Fr. André Héroux November 16th, 2013
St Joseph House
26400 Allex France

After 1965, the decade of African new independences was ending very badly. News of dreadful slaughtering in Northern Nigeria reached us in Eastern Cameroon, the less populated Province (around Bertoua, Abong-Mbang, with a few Pigmies in the forest), bordering Congo-Brazza and Central Africa. With Dutch spiritans we were only two Frenchmen, in the Doumé College for teaching our tongue; I was outraged, and approved of the secession of Biafra, at variance (for the first and only time) with my elder, Fr. Bernard Vesval, also a Norman.

In 1971, to teach French still, I was sent to Buea, in English-speaking Cameroon. And from there I could go by motorcycle, at Easter 1974, for my first visit to neighboring Nigeria, still quite devastated by war (roads were still too bad for driving over there by car) ; I was quite warmly welcomed by my Ibos brothers and I met Christians quite alive and energetic in rebuilding their country. It was a great joy for me to receive in February 1975 the proposal to go and teach French in Nigeria, at Ihiala Holy Ghost Juniorate between Onitsha and Owerri, along the Niger River.

I was the first missionary sent to Nigeria after the expulsion, in 1970, of about 200 spiritans and nearly 100 from other Congregations; for they had stayed ministering in Biafra after the secession. For my own part I had to wait nearly one year to get my visa to go there. But what a joy then, these four years spent in this country so new, so dynamic!

The project « Never forget Biafra » in 2013 resounded loud in my memory. But at once I thought of apartheid in South Africa; I was there from 1995 to 98, after the arrival of Nelson Mandela with his proposal of a « Rainbow Nation ». What a dawn for this Country! It had been so tormented by racism for decades, and it could see rising a hope of reconciliation and true peace!

I had seen already in 1975-79 the beginning of a vigorous rebuilding in East Nigeria; I keep remote but marveled memories, amid these Ibos so determined in their projects. I could obtain the visit of « the Little Singers with the Wooden Cross » in Ibo land”. But I keep also the memory of spellbinding Ibo melodies. Sunday Assemblies were very festive celebrations, as in Cameroon ; they were the most beautiful perhaps, with those of Kwa-Zulu Natal in South Africa.

Neverforgetbiafra s’inscrit dans une démarche humanitaire, culturelle et éducative visant à revisiter le conflit du Biafra au travers du parcours des enfants réfugiés, de leurs familles et de tous les témoins de la guerre (1967-1970). À ce titre, son but est non lucratif, non confessionnel et apolitique.
L’objectif de Never Forget Biafra vise à collecter des fonds auprès de donateurs, personnes physiques et morales domiciliées en France et dans le monde dans un souci de travail de mémoire collectif.

Pourquoi ? “NeverForgetBiafra” se dote de tous les moyens pour atteindre ces objectifs : collecte et diffusion d’archives publiques ou privées (base documentaire, filmographie, bibliographie..) ; récits et témoignages de tous les protagonistes avec l’appui de chercheurs et d’historiens. L’ensemble de ces collectes viendront illustrer/ commenter la tragédie du Biafra et ainsi apporter un éclairage sur l’élan humanitaire qui s’en est suivi.

Vos dons sont utilisés pour atteindre nos objectifs et nous ne recevons pas d’aides publiques. Nos équipes s’assurent que vos dons, quels qu’en soient les montants, soient affectés exclusivement à la réalisation de ses travaux.

Je soutiens NEVER FORGET BIAFRA

Faire un don

Faites un don maintenant en remplissant le formulaire ci-dessous ! Notez que vous pouvez aussi faire un versement mensuel, ce qui aidera Never Forget Biafra à mener ses activités tout au long de l’année.

Personal Info

Donation Total: 1.00€

Neverforgetbiafra is an independent and non-profit, non-denominational and non-political endowment fund that aims to collect research, life stories, publications, testimonies etc. around the Biafra war and in so doing, facilitates this collective work of remembrance.

What we do ? The “NeverForgetBiafra” endowment fund offers an exchange and sharing platform, aiming to soothe the pains which have remained silent until now, restore forgotten identities, gather families scattered across the globe and acquire all the means to reach its goals: collection and dissemination of private and public archival material (documentary database, filmography, bibliography …), life stories and testimonies of the various actors with the support of researchers and historians.

The sum of collected documents will illustrate and comment the Biafra tragedy and will thus shed light on the humanitarian commitment which ensued.

I support NEVER FORGET BIAFRA

Donate now

Donate now by using the form! Consider making your contribution monthly – it will help sustain Never Forget Biafra work all year.

Personal Info

Donation Total: 1.00€

UBANATU Regina - Copyright: John FOLEY/Opale - Date: 20090916
Regina Ubanatu, the author’s biographie.
Picture

Birth in Ihiala, Anambra State (Nigeria)

1965
Picture

1967 : Secession of the Eastern province (Nigeria) followed by a civil war. 1968 : Regina is evacuated by humanitarian workers and transferred to a refugee camp in Libreville (Gabon).

1967 - 1968
Picture

Arrival in France from medical treatment

1970
Picture

Her African family is found more than 10 years later

1978
Picture

Involvement in 2 humanitarian missions in Africa (Morocco-Mauritania-Senegal and Mali with the association « Handicap Nord-Sud ») organized by the Cercle Sportif de l'Institution Nationale des Invalides de Paris

1994 - 1995
Picture

Launching of the association 'Réponses Initiatives Femmes Handicapées' – RIFH – (www.rifh.org)

1996
Picture

Hearing as part of the Bernard Stasi Preparatory Mission (October 27th 2003) for the creation of the HALDE (French Equal Opportunities and Anti-Discrimination Commission), former Defense of Human Rights

2003
Picture

Meeting with Bernard Kouchner, former French Doctor in Biafra and former Cabinet Minister

2004
Picture

Publication of her autobiographical narrative « La Petite fille qui dansait dans sa tête » (prefaced by B. Kouchner) – Archipel éditions

2010
Picture

Lauching of the Endowment Fund “Never Forget Biafra”

2012
Picture

Publication in paperback: Princesse blessée

2019
never forget biafra la petite fille qui dansait dans sa tête
Naissance du récit

Naissance du Livre : La petite fille qui dansait dans sa tête

Trois ans après sa naissance dans un hôpital de brousse à Ihiala en 1965, Mary est évacuée vers le camp de Sainte-Marie, au Gabon, loin de la guerre. Elle quitte le Biafra comme tant de gamins, entassés dans des avions militaires qui décollent en pleine brousse sous les bombardements. La malnutrition et les conditions de vol éliminent les plus faibles. D’autres enfants meurent à l’arrivée de la « cuillère de trop ». La malnutrition et la maladie ont privé Mary de ses jambes, et nul ne pense qu’elle pourra s’en tirer, mais elle survit à la maladie, à la guerre, à l’évacuation. Si elle ne danse que dans sa tête, son appétit de vivre est intact. À cinq ans, elle s’envole vers la France où une famille la parraine. Après un long séjour dans une institution de l’Orne, une suite d’opérations et des années de rééducation, une nouvelle vie commence pour elle à Garches, non loin de sa famille d’accueil, avec ses frères et sœurs blancs. De sa première enfance, Mary n’a que des souvenirs confus.À douze ans, elle découvre son identité lorsqu’un concours de circonstances extraordinaires permet à un missionnaire de retrouver sa famille. Elle apprend qu’elle a un autre prénom, Regina, que ses père et mère vivent toujours, qu’elle a des frères et sœurs africains. Elle n’a alors plus qu’un désir : les connaître et se connaître. C’est le début d’un difficile et courageux retour aux sources. Car malgré la chaleur de l’accueil, elle sent que les années passées loin du pays ont fait d’elle une étrangère. Une trentaine d’années plus tard, elle se remémore les rencontres, les affinités, les hasards qui jalonnent son parcours. Elle retrouve les acteurs-clés de son existence et cherche à comprendre leur engagement à ses côtés. Sur les chemins de sa vie se dessine un continent qui expectore douloureusement esclavage et colonialisme, l’aventure des ‘French Doctors’, le rôle des missionnaires. Mais aussi la question du parrainage, ma quête identitaire, les droits de l’enfance abandonnée, ses combats de femme handicapée.

A l’origine du fonds de dotation…

A l’origine du fonds de dotation, un récit autobiographique :
“La petite fille qui dansait dans sa tête” – Editions de l’Archipel (Janvier 2010)
(Préface de Bernard Kouchner)

« Je suis lié à l’histoire de Regina. A l’histoire de sa vie, à sa quête d’identité et de vérité : une histoire bouleversante, un témoignage poignant. J’ai peut-être participé à sa survie, à son sauvetage, à ce qu’elle est devenue aujourd’hui et, si c’est le cas, j’en suis fier. […]

Le Biafra m’a marqué à vie. C’est pour moi le début de mes colères. C’est aussi le début de mon engagement, de mon histoire avec l’Afrique. C’est là qu’est née l’idée de ce que doit être l’humanitaire, c’est là que j’ai compris l’obligation du droit d’ingérence. […]

Rencontrer Regina m’a conforté dans l’idée qu’aucun combat n’est perdu d’avance, que la vie est plus forte que tout. »

Kouchner

Diplômée d’un Executive Master, Ressources Humainesde Sciences-po Paris, Regina vit et travaille dans le quartier de la Défense en région parisienne. Elle est fondatrice à la fois du Fonds de Dotation Never Forget Biafra et de l’association française RIFH (Réponse Initiatives Femmes Handicapés) qui oeuvre pour la reconnaissance et les droits des femmes handicapées.

Lien utile
Le livre dans la presse

► FRANCE CULTURE

 « Hors-Champ» de Laura Adler du 14 avril 2010 

► LE FURET DU NORD

► JOURNAL LE MONDE AOÛT 2020

Il y a cinquante ans au Biafra, des milliers d’orphelins à secourir

Génération Biafra (3/3). Le sort des enfants victimes de la guerre au Nigeria a marqué le début des années 1970. Certains, comme Regina Ubanatu, ont été accueillis en France.

Par Pierre Lepidi et Mariama Darame Publié hier à 17h00

De jeunes orphelins biafrais lors de leur évacuation au Gabon par avion militaire, en octobre 1968. Sur leur front ont été collés des morceaux de sparadrap où figurent leur nom et celui de leur village d’origine. DR

« Voulez-vous sauver un orphelin biafrais ?, demande Jean Duché, grand reporter et éditorialiste au magazine Elle, dans le numéro du 26 janvier 1970. Essayez d’imaginer des enfants décharnés qui errent dans la campagne en quête de quelque nourriture et imaginez que des adultes affamés la leur disputent. Je n’appelle pas votre pitié sur tous les enfants qui ont faim mais seulement sur les orphelins, qui ne sont que 10 000… Ce n’est pas moi qui vous remercierai mais le regard d’un enfant sauvé par vous. »

Archives 1er août 1968 : « Plusieurs milliers d’orphelins biafrais en danger de mort devraient être transférés en Europe, estime le représentant d’une organisation d’aide à l’enfance »

La guerre de sécession du Biafra est terminée depuis deux semaines lorsque l’hebdomadaire français publie cet éditorial qui s’accompagne d’un long reportage. Le 15 janvier 1970, à la suite d’un cessez-le-feu, les derniers combats s’arrêtent et le Biafra est officiellement réintégré à la république du Nigeria. Après trois années de bombardements, d’épidémies et de famine, le rêve d’indépendance est enterré, non sans voir fait 1 million de morts, peut-être 2. La province, pourtant riche en ressources agricoles, minières et surtout pétrolières, se retrouve totalement exsangue. Des milliers d’enfants appellent à l’aide.

Evacués au Gabon, pays ami

« Je devais avoir 2 ou 3 ans et je me revois dans un hôpital de brousse, raconte Regina Ubanatu en sortant son album photo. Il y avait d’autres gamins autour de moi et nous étions extrêmement faibles sur le plan physique et très atteints psychologiquement. Comment suis-je arrivée ici ? Où étaient mes parents ? Je l’ignorais. » Après son séjour à l’hôpital durant l’automne 1968, Regina Ubanatu est évacuée par avion vers le Gabon. Pour identifier les orphelins avant le décollage, des soldats biafrais leur collent un morceau de sparadrap sur le front, avec leur nom ou un numéro de dossier.

« Avec mes petits compagnons d’infortune, on a ensuite été poussés, tirés et entassés dans un avion militaire. On étouffait à l’intérieur de la carlingue, où nous étions assis à même le sol. Lorsque nous avons atterri, les plus faibles étaient morts. Moi, c’est à cause de la malnutrition et de la maladie que j’ai perdu l’usage de mes jambes. »

Archives 16 janvier 1970 : « Le réduit des enfants biafrais »

Au Gabon, les enfants les plus faibles sont pris en charge par la Croix-Rouge, les autres sont regroupés dans un centre professionnel d’apprentissage transformé en internat. Si le Gabon est choisi par les autorités biafraises pour l’évacuation des orphelins, c’est parce qu’il fait partie des cinq nations ayant reconnu la jeune république (avec la Tanzanie, la Côte d’Ivoire, la Zambie et Haïti). Le Gabon, alors dirigé par Omar Bongo, est un pays ami de la France, qui soutient également la sécession biafraise par l’envoi d’armes, de mercenaires et de médicaments, mais pas de façon officielle. Le général De Gaulle espère ainsi affaiblir le Nigeria, géant anglophone d’Afrique de l’Ouest soutenu par le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Dans son appartement de La Défense, près de Paris, Régina Ubanatu explique :

« En reconnaissant la nouvelle république biafraise, le Gabon a accepté que les organismes caritatifs internationaux évacuent vers Libreville des enfants regroupés dans des centres de fortune… Je me suis donc retrouvée au Gabon, dans le centre Sainte-Marie alors dirigé par le père François Pinus. J’étais l’unique enfant handicapé de ce camp. »

Difficile quête d’identité

A la fin de la guerre, le site est fermé dans la précipitation. Au terme de plusieurs mois de recherches d’éventuels liens familiaux, de nombreux enfants sont renvoyés au Biafra, où ils sont recueillis par des oncles ou des tantes ayant survécu à la guerre. D’autres restent au Gabon en vue d’une adoption. Mais pour Regina Ubanatu, personne ne se manifeste et aucune solution n’est trouvée jusqu’à ce qu’une bonne sœur lui trouve une place dans un institut orthopédique en France pour qu’elle soit soignée.

A 5 ans, la jeune fille, à qui on a diagnostiqué une poliomyélite, s’envole donc pour le centre de réadaptation fonctionnelle de Juvigny-sur-Orne. Elle ne le sait pas mais elle est très attendue :

« Chez son coiffeur, une femme avait lu l’édito de Jean Duché paru dans “Elle” et avait été bouleversée par le sort des orphelins biafrais. De retour chez elle, Suzanne avait alors décidé de parrainer un enfant du Biafra et d’être famille d’accueil. C’était moi et je venais d’arriver dans son pays ! »

Combien ont connu un tel destin ? Il est impossible de le savoir.

Archives 4 avril 1972 : « Un pays sans amertume »

A 12 ans, la vie de la jeune Biafraise bascule encore. Elle apprend que ses parents sont toujours vivants au Nigeria, qu’elle a des frères et même une sœur jumelle. Elle découvre également que son vrai prénom est Régina et non Mary. Elle va retourner dans son pays natal quelque temps puis revenir en France pour subir plusieurs opérations et suivre des années de rééducation. Mais elle ne retrouvera pas l’usage de ses jambes.

Aujourd’hui, Regina Ubanatu, qui a raconté son parcours émouvant dans le livre Princesse blessée (éd. Archipoche, 2019), vit et travaille à Paris. Elle a créé un fonds de dotation, Never Forget Biafra, pour soutenir les enfants victimes de la guerre du Biafra et les aider dans leur quête d’identité parfois difficile. Elle dirige aussi une association qui œuvre pour la reconnaissance des femmes handicapées.

Une rumeur visant Ali Bongo

A grands coups de reportages, le sort des enfants biafrais, avec leurs regards vides et leurs corps squelettiques, a marqué le début des années 1970. « La famine était une arme de guerre nigériane, écrit la romancière Chimamanda Ngozi Adichie dans son best-seller L’Autre Moitié du soleil. La famine a brisé le Biafra, a rendu célèbre le Biafra, a permis au Biafra de tenir si longtemps. La famine a attiré l’attention des gens dans le monde et suscité des protestations et des manifestations à Londres, à Moscou et en Tchécoslovaquie. La famine… a introduit l’Afrique dans la campagne américaine de Nixon et fait dire à tous les parents du monde qu’il fallait finir son assiette. » Orphelins ou non, les enfants de la guerre du Biafra ont connu des destins divers et parfois alimenté certaines rumeurs, comme celle qui prétend qu’Ali Bongo, qui a succédé à son père à la tête du Gabon, serait un gamin biafrais adopté…

Archives 24 novembre 2016 : « Amnesty International accuse le Nigeria d’avoir tué au moins 150 séparatistes »

Une chose est sûre : cinquante ans après la capitulation de l’armée sécessionniste emmenée par Odumegwu Emeka Ojukwu, le vent de l’indépendance souffle toujours au Biafra. Même si les autorités nigérianes ont tout fait pour « oublier » cette guerre – au point de la gommer quasiment des manuels scolaires –, la volonté séparatiste demeure présente et gagne du terrain depuis les années 2000. Plusieurs partis ou mouvements igbo, l’ethnie majoritaire dans la province, émergent, à l’image du Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Indigenous People of Biafra, IPOB), créé en 2012 et massivement soutenu par la diaspora britannique. Très actif sur les réseaux sociaux, l’IPOB, classé « organisation terroriste » par le pouvoir nigérian, tente de convaincre la nouvelle génération qui n’a pas connu la guerre civile que son avenir passe par la sécession.

Les tensions sont fortes. Dimanche 23 août, l’IPOB a déclaré dans un communiqué que 21 de ses membres avaient été tués la veille lors d’une attaque et que 47 autres avaient été arrêtés par les services de sécurité de l’Etat. Deux agents des services de renseignement ont également trouvé la mort lors de ces affrontements qui se sont déroulés à Enugu, au siège de l’IPOB. Cinquante ans après la fin d’une guerre qui a marqué une génération à travers le monde, on continue de mourir pour l’indépendance du Biafra.

► PRESSE CLUB DE FRANCE

 « France3 ILE DE France » du 4 février 2010

► FRANCE 3 

 « France3 ILE DE France » du 4 février 2010

► RFI

 Emission « En Sol Majeur »Yasmine Chouaki du 16 février 2010 

► TELESUD

« Lady Vous Ecoute » du 29 mars 2010 

► LES ENFANTS D’ABRAHAM

« Les enfants d’Abraham » du 27 avril 2011

► MAGAZINES

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \”éditer\” pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

never forget biafra la petite fille qui dansait dans sa tête
Birth of the book

Birth of the book: “The Little Girl who danced in her head”

Three years after her birth in a rural hospital in Ihiala in 1965, Mary is evacuated to the Saint Mary Hospital in Gabon, away from the warfront, like so many kids, crammed together in military planes which take off on makeshift landing fields under constant bombardment. Malnutrition and hazardous flight conditions kill the weakest. Other children die shortly after arrival, unable to absorb any food. Mary has lost the use of her legs through ill health and malnutrition, and no one believes she would survive. Yet, even though she can only dance in her head, she has a formidable appetite for life. Aged five, she is transferred to France. After years in a medical institution in north-western France, going through several operations and physical rehabilitation, a new life begins for her in Garches, France, nearer to her foster family and her white brothers and sisters. Having been taken away from her family at a very tender age, she hardly remembers her early childhood. Then, suddenly, aged 12, she discovers that she has a family, another first name, a mother and father, and that indeed she also has brothers and sisters who are still alive and well. One desire keeps her going: that of meeting her family again and discovering her roots. Because, even though she is well looked after and loved by her foster parents and family, she feels that years away from her birthplace have made her a stranger…

The beginning of the endowment fund…

What let to the endowment fund was the autobiographical narrative:
“La petite fille qui dansait dans sa tête” (The little girl who danced in her ead) – Archipel Ed. (January 2010)
(Prefaced by Bernard Kouchner)

« I am linked to Regina’s story. To the story of her life, of her quest for identity and truth: a moving, poignant testimony. I might have shared in her survival, in her rescue, in what she has become today, and if this is the case, I am proud of it. […]

Biafra had a lifelong impact on me. It marked the start of my anger. It marked the start of my personal involvement on the African continent. It was where I discovered the meaning of humanitarian involvement, where I understood that interference is not negotiable but that it is a must. […]

Meeting Regina has reinforced my conviction that we never fight a losing battle, and that life is stronger than everything else. »

Kouchner

A graduate in Executive Master in Human Resources from Sciences-Po, Paris, Regina lives and works in the business district of La Defense. She is the founder of both the non-governmental organization (NGO) “Never Forget Biafra” and of the French association RIFH (Réponses Initiatives Femmes Handicapées) which works for the recognition and rights of disabled women.

useful links
The book in the press

► FRANCE CULTURE

 « Hors-Champ» – Laura Adler – 14 April 2010 

► LE FURET DU NORD

► PRESS ARTICLE LE MONDE AUGUST 2020

Il y a cinquante ans au Biafra, des milliers d’orphelins à secourir

Génération Biafra (3/3). Le sort des enfants victimes de la guerre au Nigeria a marqué le début des années 1970. Certains, comme Regina Ubanatu, ont été accueillis en France.

Par Pierre Lepidi et Mariama Darame Publié hier à 17h00

De jeunes orphelins biafrais lors de leur évacuation au Gabon par avion militaire, en octobre 1968. Sur leur front ont été collés des morceaux de sparadrap où figurent leur nom et celui de leur village d’origine. DR

« Voulez-vous sauver un orphelin biafrais ?, demande Jean Duché, grand reporter et éditorialiste au magazine Elle, dans le numéro du 26 janvier 1970. Essayez d’imaginer des enfants décharnés qui errent dans la campagne en quête de quelque nourriture et imaginez que des adultes affamés la leur disputent. Je n’appelle pas votre pitié sur tous les enfants qui ont faim mais seulement sur les orphelins, qui ne sont que 10 000… Ce n’est pas moi qui vous remercierai mais le regard d’un enfant sauvé par vous. »

Archives 1er août 1968 : « Plusieurs milliers d’orphelins biafrais en danger de mort devraient être transférés en Europe, estime le représentant d’une organisation d’aide à l’enfance »

La guerre de sécession du Biafra est terminée depuis deux semaines lorsque l’hebdomadaire français publie cet éditorial qui s’accompagne d’un long reportage. Le 15 janvier 1970, à la suite d’un cessez-le-feu, les derniers combats s’arrêtent et le Biafra est officiellement réintégré à la république du Nigeria. Après trois années de bombardements, d’épidémies et de famine, le rêve d’indépendance est enterré, non sans voir fait 1 million de morts, peut-être 2. La province, pourtant riche en ressources agricoles, minières et surtout pétrolières, se retrouve totalement exsangue. Des milliers d’enfants appellent à l’aide.

Evacués au Gabon, pays ami

« Je devais avoir 2 ou 3 ans et je me revois dans un hôpital de brousse, raconte Regina Ubanatu en sortant son album photo. Il y avait d’autres gamins autour de moi et nous étions extrêmement faibles sur le plan physique et très atteints psychologiquement. Comment suis-je arrivée ici ? Où étaient mes parents ? Je l’ignorais. » Après son séjour à l’hôpital durant l’automne 1968, Regina Ubanatu est évacuée par avion vers le Gabon. Pour identifier les orphelins avant le décollage, des soldats biafrais leur collent un morceau de sparadrap sur le front, avec leur nom ou un numéro de dossier.

« Avec mes petits compagnons d’infortune, on a ensuite été poussés, tirés et entassés dans un avion militaire. On étouffait à l’intérieur de la carlingue, où nous étions assis à même le sol. Lorsque nous avons atterri, les plus faibles étaient morts. Moi, c’est à cause de la malnutrition et de la maladie que j’ai perdu l’usage de mes jambes. »

Archives 16 janvier 1970 : « Le réduit des enfants biafrais »

Au Gabon, les enfants les plus faibles sont pris en charge par la Croix-Rouge, les autres sont regroupés dans un centre professionnel d’apprentissage transformé en internat. Si le Gabon est choisi par les autorités biafraises pour l’évacuation des orphelins, c’est parce qu’il fait partie des cinq nations ayant reconnu la jeune république (avec la Tanzanie, la Côte d’Ivoire, la Zambie et Haïti). Le Gabon, alors dirigé par Omar Bongo, est un pays ami de la France, qui soutient également la sécession biafraise par l’envoi d’armes, de mercenaires et de médicaments, mais pas de façon officielle. Le général De Gaulle espère ainsi affaiblir le Nigeria, géant anglophone d’Afrique de l’Ouest soutenu par le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Dans son appartement de La Défense, près de Paris, Régina Ubanatu explique :

« En reconnaissant la nouvelle république biafraise, le Gabon a accepté que les organismes caritatifs internationaux évacuent vers Libreville des enfants regroupés dans des centres de fortune… Je me suis donc retrouvée au Gabon, dans le centre Sainte-Marie alors dirigé par le père François Pinus. J’étais l’unique enfant handicapé de ce camp. »

Difficile quête d’identité

A la fin de la guerre, le site est fermé dans la précipitation. Au terme de plusieurs mois de recherches d’éventuels liens familiaux, de nombreux enfants sont renvoyés au Biafra, où ils sont recueillis par des oncles ou des tantes ayant survécu à la guerre. D’autres restent au Gabon en vue d’une adoption. Mais pour Regina Ubanatu, personne ne se manifeste et aucune solution n’est trouvée jusqu’à ce qu’une bonne sœur lui trouve une place dans un institut orthopédique en France pour qu’elle soit soignée.

A 5 ans, la jeune fille, à qui on a diagnostiqué une poliomyélite, s’envole donc pour le centre de réadaptation fonctionnelle de Juvigny-sur-Orne. Elle ne le sait pas mais elle est très attendue :

« Chez son coiffeur, une femme avait lu l’édito de Jean Duché paru dans “Elle” et avait été bouleversée par le sort des orphelins biafrais. De retour chez elle, Suzanne avait alors décidé de parrainer un enfant du Biafra et d’être famille d’accueil. C’était moi et je venais d’arriver dans son pays ! »

Combien ont connu un tel destin ? Il est impossible de le savoir.

Archives 4 avril 1972 : « Un pays sans amertume »

A 12 ans, la vie de la jeune Biafraise bascule encore. Elle apprend que ses parents sont toujours vivants au Nigeria, qu’elle a des frères et même une sœur jumelle. Elle découvre également que son vrai prénom est Régina et non Mary. Elle va retourner dans son pays natal quelque temps puis revenir en France pour subir plusieurs opérations et suivre des années de rééducation. Mais elle ne retrouvera pas l’usage de ses jambes.

Aujourd’hui, Regina Ubanatu, qui a raconté son parcours émouvant dans le livre Princesse blessée (éd. Archipoche, 2019), vit et travaille à Paris. Elle a créé un fonds de dotation, Never Forget Biafra, pour soutenir les enfants victimes de la guerre du Biafra et les aider dans leur quête d’identité parfois difficile. Elle dirige aussi une association qui œuvre pour la reconnaissance des femmes handicapées.

Une rumeur visant Ali Bongo

A grands coups de reportages, le sort des enfants biafrais, avec leurs regards vides et leurs corps squelettiques, a marqué le début des années 1970. « La famine était une arme de guerre nigériane, écrit la romancière Chimamanda Ngozi Adichie dans son best-seller L’Autre Moitié du soleil. La famine a brisé le Biafra, a rendu célèbre le Biafra, a permis au Biafra de tenir si longtemps. La famine a attiré l’attention des gens dans le monde et suscité des protestations et des manifestations à Londres, à Moscou et en Tchécoslovaquie. La famine… a introduit l’Afrique dans la campagne américaine de Nixon et fait dire à tous les parents du monde qu’il fallait finir son assiette. » Orphelins ou non, les enfants de la guerre du Biafra ont connu des destins divers et parfois alimenté certaines rumeurs, comme celle qui prétend qu’Ali Bongo, qui a succédé à son père à la tête du Gabon, serait un gamin biafrais adopté…

Archives 24 novembre 2016 : « Amnesty International accuse le Nigeria d’avoir tué au moins 150 séparatistes »

Une chose est sûre : cinquante ans après la capitulation de l’armée sécessionniste emmenée par Odumegwu Emeka Ojukwu, le vent de l’indépendance souffle toujours au Biafra. Même si les autorités nigérianes ont tout fait pour « oublier » cette guerre – au point de la gommer quasiment des manuels scolaires –, la volonté séparatiste demeure présente et gagne du terrain depuis les années 2000. Plusieurs partis ou mouvements igbo, l’ethnie majoritaire dans la province, émergent, à l’image du Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Indigenous People of Biafra, IPOB), créé en 2012 et massivement soutenu par la diaspora britannique. Très actif sur les réseaux sociaux, l’IPOB, classé « organisation terroriste » par le pouvoir nigérian, tente de convaincre la nouvelle génération qui n’a pas connu la guerre civile que son avenir passe par la sécession.

Les tensions sont fortes. Dimanche 23 août, l’IPOB a déclaré dans un communiqué que 21 de ses membres avaient été tués la veille lors d’une attaque et que 47 autres avaient été arrêtés par les services de sécurité de l’Etat. Deux agents des services de renseignement ont également trouvé la mort lors de ces affrontements qui se sont déroulés à Enugu, au siège de l’IPOB. Cinquante ans après la fin d’une guerre qui a marqué une génération à travers le monde, on continue de mourir pour l’indépendance du Biafra.

► PRESSE CLUB DE FRANCE

 « France3 ILE DE France » – 4 february 2010

► FRANCE 3 

 « France3 ILE DE France » du 4 february 2010

► RFI

 « En Sol Majeur »Yasmine Chouaki – 16 february 2010 

► TELESUD

« Lady Vous Ecoute » du 29 march 2010 

► LES ENFANTS D’ABRAHAM

« Les enfants d’Abraham » du 27 april 2011

► MAGAZINES

Regina Ubanatu   © Opale / J. Foley www.opale.com

Regina Ubanatu

Présidente et membre fondatrice de NEVER FORGET BIAFRA

Regina Ubanatu est née au Nigeria en 1965 à Ihiala (Etat d’Anambra – Nigeria).

Au-delà de son handicap, Regina a surmonté un combat personnel qu’elle raconte dans son récit autobiographique : “La petite fille qui dansait dans sa tête” (Editons de L’ Archipel – Janvier 2010) préfacé par Bernard Kouchner (ancien Ministre des Affaires Etrangères).

Diplômée d’un Executive Master, Ressources Humainesde Sciences-po Paris, Regina vit et travaille dans le quartier de la Défense en région parisienne. Elle est fondatrice à la fois du Fonds de Dotation Never Forget Biafra et et ex- fondatrice de l’association française RIFH (Réponses Initiatives Femmes Handicapés) qui oeuvre pour la reconnaissance et les droits des femmes handicapées.

Françoise Ugochukwu

Françoise Ugochukwu

Responsable du Comité des Experts de NEVER FORGET BIAFRA

Françoise Ugochukwu, africaniste née à Valence (France) en 1949, est en poste à l’Open Université du Royaume-Uni après vingt-cinq ans à l’Université de Nsukka au Nigeria. Son domaine couvre plus spécialement la langue, la culture et la littérature igbo et Nollywood. Elle a suivi de très près la guerre du Biafra, et, arrivée à Nsukka en 1972, a vécu l’immédiat après-guerre sur place. Habilitée à diriger des recherches, elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont deux sur le Biafra, et de très nombreux chapitres d’ouvrages et articles. Elle est aussi écrivaine, traductrice, conteuse et poète ; ses romans pour la jeunesse sont étudiés en secondaire en Afrique de l’Ouest. Son œuvre de pionnière et sa contribution aux relations culturelles bilatérales entre la France et le Nigeria lui ont valu la distinction de Chevalier des palmes académiques en 1994.

Patricia Turquet de la Boisserie

Patricia Turquet de la Boisserie

Membre fondatrice de NEVER FORGET BIAFRA
Née en 1954 à Casablanca (Maroc), Patricia a exercé longtemps en tant que  formatrice d’anglais et coach pour adultes en entreprise. Française d’origine, elle a eu un long un parcours aux Etats-Unis avant son arrivée en 1996.
C’est grâce à son bilinguisme qu’elle rencontre Regina qui était sur le point de publier son livre autobiographique, une histoire débutée dans l’ex-Biafra. C’est aussi au cours de cette même époque que le projet de Fonds de dotation commence à émerger. Regina l’a très vite invitée à rejoindre ce projet en qualité de Secrétaire Générale.
Actuellement, Patricia exerce une activité de coach-accompagnatrice.  A cet égard, elle collabore activement à des projets caritatifs où sont initiées de nombreuses missions éducatives et humanitaires au profit de populations en forte précarité dans plusieurs pays du continent africain.
Elle est, enfin,  aussi très engagée auprès des femmes en milieu carcéral en tant que visiteuse.
Bibiane Makoubi-Bokoko

Bibiane Makoubi-Bokoko

Membre de NEVER FORGET BIAFRA

D’origine gabonaise, Bibiane est née en 1970 à Bruxelles. De son enfance  à son adolescence, elle côtoie  plusieurs pays (Maroc, Emirats Arabes Unis, Etats-Unis, ex-Yougoslavie, Côte-d’Ivoire). Elle arrive en France pour démarrer des études supérieures et y obtient un Diplôme de Comptabilité et Gestion tout en intégrant parallèlement un grand groupe industriel.

Sa rencontre avec Regina se fait à l’occasion d’un partage de projets à forte dimension humaine.  Car, en dehors de son activité professionnelle, Bibiane est, en effet, très engagée dans la sphère associative au profit d’œuvres caritatives. De son parcours de « déracinée », Bibiane a su tirer une force et une richesse d’autant plus fortes que ses parents ne l’ont jamais coupée de ses racines gabonaises.

Mère de famille, Bibiane mesure  la richesse engendrée par l’éducation et la foi en l’avenir sans pour autant oublier la chance que n’ont pas eue d’autres enfants. Pour elle, en présence de blessures infantiles passées et d’identités brisées, il demeure un individu qui doit apprendre à se reconstruire : faire de son histoire passée une force pour l’avenir. Les valeurs fondatrices  de Never Forget Biafra ainsi que sa volonté de mettre en exergue ces parcours oubliés et fracassés provoqués par des guerres, ont incité naturellement  Bibiane à rejoindre le Fonds de Dotation.

Regina Ubanatu   © Opale / J. Foley www.opale.com

Regina Ubanatu

Chair and founding member of NEVER FORGET BIAFRA

Regina was born inIhiala 1965 (Anambra State – Nigeria).

Beyond her handicap, Regina Ubanatu overcame personal and human challenges, which she narrates in her autobiographical narrative book : her autobiographical narrative « La Petite fille qui dansait dans sa tête » (prefaced by B. Kouchner, former French Foreign Affairs minister) – Archipel Editions

A graduate in Executive Master in Human Resources from Sciences-Po, Paris, Regina lives and works in the business district of La Defense. She is the founder of both the non-governmental organization (NGO) “Never Forget Biafra” and former Chair of the French association RIFH (Réponses Initiatives Femmes Handicapées) which works for the recognition and rights of disabled women.

Françoise Ugochukwu

Françoise Ugochukwu

Responsible of the Experts' Committee of NEVER FORGET BIAFRA

Francoise Ugochukwu, an Africanist born in Valence (France) in 1949, is currently affiliated to the Open University (UK) after 25 years at the University of Nigeria, Nsukka, where she retired as a Professor. Her research field focuses on Igbo language, culture and literature, and Nollywood. She closely followed the twists and turns of the Biafran war in the late 1960s before moving to Nsukka in 1972 and witnessing the immediate post-war period. HDR, she authored several research books, two of them on the Biafran war, and many book chapters and scholarly articles. She is also a writer, a translator, a storyteller and a published poet; her novels for children and young adults are on school curricula in West Africa. Her pioneering work in the field and her longstanding contribution to the strengthening of cultural and educational ties between France and Nigeria awarded her the national distinction of Chevalier des Palmes Académiques in 1994.

  Patricia Turquet de la Boisserie

Patricia Turquet de la Boisserie

Founding member of NEVER FORGET BIAFRA
Born in in Casablanca Morocco in 1954, Patricia has been an english trainer and coach for in French companies for the past 20 years.
Of french origin, she spent most of her childhood adult lifein the States before coming here to live in 1996. Thanks to her bilingual abilities she meets Regina who’s looking to perfect her english, when she was working on the her autobiography book on ex-Biafra. It’s also during that same time that Regina asks her to join on the project of’ Fond de dotation is beginning to emerge and becomes the Secretary general.
Patricia is now continuing her career in coaching as well as being active in humanitarian and educational concerns efforts dealing with missions primarily in the African continent. She is also active in visiting women prisoners in a prison south of Paris on a regular basis.
Bibiane Makoubi-Bokoko  

Bibiane Makoubi-Bokoko

Member of NEVER FORGET BIAFRA

Bibiane was born in Brussels. Originally from Gabon, she grew up between several countries (Morocco, the United Arab Emirates, United States, former Yugoslavia and Ivory Coast). She later moved to France where she obtained a degree in Accounting and Management and joined a major industrial firm.

In addition to her professional career, Bibiane is deeply involved with charities, and met Regina while participating in a project addressing human and community needs. Her migrant experience endowed her with strength and a cultural wealth which greatly benefitted from the Gabonese roots she inherited from her parents.

Bibiane is a mother and values the benefits of education and faith in the future – an opportunity which is not offered to all. She knows the importance of self-help for those with wounded childhoods and shattered identities, as a tool for them to use their past as a strength to build their future. The founding values of Never forget Biafra, and her determination to bring to the fore forgotten and broken personal histories shaped by war, have led Bibiane to join the Endowment Fund team.

Contactez nous

Fonds de dotation NEVER FORGET BIAFRA

E-mail: contact@neverforgetbiafra.org

Site web: www.neverforgetbiafra.org

Le Fonds de Dotation NEVER FORGET BIAFRA remercie Anaïs Picard pour la création du logo et Marie-Claude Guillaud pour son soutien.

La version anglaise du site de NEVER FORGET BIAFRA a été vérifiée par Françoise UGOCHUKWU

Textes : « Après tout, de quoi se mêle-t-on? » par Regina Ubanatu.

© Photos: Regina Ubanatu / John Foley (www.opale.com) / Never Forget Biafra

Envoyez nous un message

Contact us

Fonds de dotation NEVER FORGET BIAFRA 

23, rue d’Essling 92400 Courbevoie – Boite n°25

E-mail: contact@neverforgetbiafra.org
website: www.neverforgetbiafra.org

The NEVER FORGET BIAFRA endowment fund thanks Anaïs Picard for having created its logo and Marie-Claude Guillaud for her support.

The English version of the NEVER FORGET BIAFRA site was reviewed by Françoise Ugochukwu

Texts : “They say: ‘After all, it’s none of your business!’ ” by Regina Ubanatu

© Photos: Regina Ubanatu / John Foley (www.opale.com) / Never Forget Biafra

Write us

Dates-Clés de la guerre du Biafra

1945

Pogroms contre les Igbo, l'une des trois ethnies principales du pays, à Jos ; plusieurs centaines de morts.

1953

Pogroms contre les Igbo à Kano ; plusieurs centaines de morts.

1er octobre 1960

Indépendance du Nigeria

1er octobre 1963

Le pays devient une République fédérale avec trois régions: celles du Nord, de l’Est et de l’Ouest. Nnamdi Azikiwe, un Igbo, devient Président.

Décembre 1964

Elections, entachées de fraude. Tafawa Balewa, un Hausa, est réélu premier ministre.

14 - 15 janvier 1966

Coup d’Etat militaire mené par le Major Nzeogwu (Igbo). Le Gouvernement passe aux mains des militaires. Aguiyi Ironsi, un militaire igbo, est nommé Chef d’Etat.

Mai - Juin 1966

Massacres d’Igbo au nord du pays : plus de 30 000 morts. Exode des Igbo du nord vers la région orientale. Read more

29 juillet 1966

Nouveau coup d’Etat : Ironsi est assassiné. Yakubu Gowon, un militaire chrétien d’une minorité ethnique du nord, devient Chef d’Etat.

18-24 septembre 1966

Nouveaux massacres d’Igbo dans tout le pays. Plus de 20 000 morts. Nouvel exode igbo.

4-5 janvier 1967

Le haut commandement militaire se réunit à Aburi, au Ghana, et y signe un accord destiné à mettre fin aux troubles politiques du pays. Mais Gowon rejette ensuite cet accord sur les conseils des Britanniques. La région de l’Est proteste.

26 mai 1967

Le Nigeria est partagé en douze Etats. La région orientale (pays igbo) vote la sécession. Gowon proclame l’état d’urgence.

30 mai 1967

La région orientale déclare son indépendance sous le nom de Biafra, avec Enugu pour capitale. Son gouverneur militaire, le Colonel Odumegwu Ojukwu, devient le Chef d’Etat du Biafra.

6 juillet 1967

Les compagnies pétrolières basées sur la côte décident de faire affaires avec le Biafra, sur le territoire duquel elles se trouvent désormais. Les troupes nigérianes lancent l’offensive contre le Biafra.

14 juillet 1967

Chute de Nsukka et de l’université du Biafra.

26 juillet 1967

Chute de Port-Harcourt, principal port biafrais sur l’Océan atlantique, et de l’île de Bonny

7-22 septembre 1967

Offensive biafraise sur le Midwest du Nigeria, qui se poursuit jusqu’à Ore.

26 septembre 1967

Début du bombardement d’Enugu, capitale du Biafra.

4 octobre 1967

Prise d’Enugu

19 octobre 1967

Chute de Calabar, port côtier.

31 mars 1968

Chute d’Onitsha, marché international et principal port fluvial igbo sur le Niger. Bataille d’Abagana, seule grande victoire biafraise sur son propre territoire : 6 000 morts nigérians, 1000 morts biafrais.

12 avril 1968

La Tanzanie reconnait le Biafra

8 mai 1968

Le Gabon reconnait le Biafra

20 mai 1968

La Zambie reconnait le Biafra

23 septembre 1968

Début des livraisons d’armes françaises au Biafra

1 octobre 1968

Chute d’Okigwi

31 juillet 1969

Le général de Gaulle lance un appel en faveur de l’autodétermination du Biafra

Décembre 1968

Le CICR1 estime à 14 000 le nombre de morts quotidiennes au Biafra

22 mars 1969

Haïti reconnait le Biafra

22 avril 1969

Prise d’Umuahia, capitale provisoire

Décembre 1969

Quatre offensives nigérianes majeures.

9 janvier 1970

Prise d’Owerri, dernier siège du gouvernement

11 Janvier 1970

Le chef de l'Etat de Biafra se réfugie en Côte d'Ivoire. Chute d'Uli, dernier vol du Biafra et cessez-le-feu

12 Janvier 1970

Le chef de l'Etat de Biafra se réfugie en Côte d'Ivoire. Chute d'Uli, dernier atterissage du Biafra et cessez-le-feu

1er octobre 1982

Ojukwu reçoit le pardon du président Shehu Shagari et revient d’exil.

8 septembre 2005

Emeutes ‘biafraises’ à Onitsha, touchant le syndicat national des transporteurs (National Association of Road Transport Owners - NARTO), le Mouvement pour la mise en place de l’Etat souverain du Biafra (Movement for the Actualisation of the Sovereign State of Biafra - MASSOB) et le Bureau de la milice de l’Etat d’Anambra (Anambra Vigilance Services (AVS).

15 janvier 2008

Les 63 survivants des anciens militaires igbo nigérians passés au Biafra en 1967 reçoivent enfin leur pension et le pardon du Chef d’Etat à Abuja.
Réflexions sur la guerre

“Après tout, de quoi se mêle-t-on?” de Regina Ubanatu

Cultures biafraises à travers la littérature
Articles de presse
Nom magasineArticleDate
Elle magasineLe biafra et l'effroi27/11/2008
Paris matchRencontre avec le leader indépendantiste du Biafra23/06/2017
Bibliographie
Evénements à venir
Documents audiovisuels
TitreDuréeAuteur
ou Présentateur
DateRésuméLien
Senghor sur le Biafra00min 52sJT 20H20 Août 1968M. SENGHOR marchant sur aérodrome - ITW GP de Léopold Sedar SENGHOR sur la tragédie que vir le Biafra (aspect humanitaire et aspect politique) : "on ne peut pas assister à cette lente agonie qui est la leur."Visualiser
La guerre au Biafra01min 58sJT 20H27 Mai 1968Soldat arrivant à PORT HARCOURT : prise de l'aérodrome et de certains grands bâtiments de la ville.Départ de réfugiés sur les routes : femmes et enfants les paquets sur la tête, foule hurlante dans la rue.Interview d'un délégué de la Croix Rouge qui fait le point sur la situation d'urgence. Il explique ce que la Croix Rouge a déjà mis en place et ce qu'il conviendrait de faire.Visualiser
Famine au Biafra01min 42sPanorama13 Mars 1969Le gouvernement du Nigéria s'oppose au désir de sécession de sa province orientale : le Biafra . Il utilise non seulement les moyens militaires mais aussi le blocus alimentaire ce qui engendre aussitôt une famine dévastatrice.Images d'enfants dans un dortoir d'un hopital militaire de la Croix Rouge.Visualiser
Manifestation pro Biafra en Allemagne00min 56sJT NUIT17 Août 1968Ce reportage (muet) est consacré à une manifestation qui a eu lieu à Berlin Ouest (?), devant l'ambassade d'URSS, en solidarité avec le Biafra, en guerre avec le Nigeria. Les manifestants, parmi lesquels des jeunes et une femme noire portent des banderoles écrites en allemand et en russe. L'URSS est accusée de soutenir le gouvernement fédéral du Nigeria et de lui fournir des armes.Visualiser
Bernard Kouchner à propos de l'aide humanitaire au Biafra01min 16sRésistances30 Mars 1989Bernard KOUCHNER explique pourquoi lors du conflit du Biafra, un groupe de "French Doctors" s'est désolidarisé des principes de la Croix Rouge Internationale en créant un "Comité international contre le génocide au Biafra" afin d'alerter l'opinion publique : "il fallait être le porte voix de ceux qui n'ont plus de voix".Visualiser
Panique au Biafra 07min 49sJT 20H30 Août 1968Point sur la situation de guerre civile au Nigéria depuis la sécession de la province du Biafra en mai 1967. La ville d'Aba, dernière capitale administrative du Biafra, est encerclée par les troupes fédérales. La population civile a quitté la ville pour trouver refuge à Umuahia, où siège le gouvernement du colonel Ojukwu.- Interview du colonel Rolf STEINER (mercenaire) sur la situation.- Interview d'un chirurgien suisse de la Croix Rouge Internationale : les problèmes que la Croix Rouge rencontre face à l'ampleur de la catastrophe et de la famine. - Visualiser
Dernier vol sur Uli-Biafra06min 22sJT 20H15 Janv. 1970Le gouvernement du Nigéria s'oppose au désir de sécession de sa province orientale : le Biafra . Il utilise non seulement les moyens militaires mais aussi le blocus alimentaire ce qui engendre aussitôt une famine dévastatrice . Pour lutter contre cette famine, des DC4 affrettés par la Croix Rouge française chargés de vivres et de médicaments essayent d'attérir, la nuit, au Biafra . But de l'opération, sauver ce qui peut-être encore sauvé . Dans ce reportage, nous suivons "le vol de la dernière chance" d'un DC4 qui quitte Libreville Visualiser
Interview président Croix Rouge sur Biafra02min 47sJT 13H01 Sept. 1968Le président de la Croix Rouge remercie au nom de la Croix Rouge les français de leurs dons pour le Biafra : "Remerciements à ceux qui ont donnés : aux enfants et aux vieux, aux paysans, ouvriers, ingénieurs, médecins. Merci à cette solidarité." Il annonce le départ d'une mission médicale pour le Biafra.Visualiser
Premier reportage sur la région du Biafra06min 27sJT 20H22 Janv. 1970Reportage sur la famine dans la région du Biafra, qui a été réintégrée au Nigéria, et sur la distribution de nourriture dans un camp de réfugiés.Interview d'un Biafrais et de deux médecins de la Croix rouge.Visualiser
Shadow of Nigeria’s Biafra war still looms large, 50 years on15min 49sStuart Dorval 01 Sept. 2017On May 30, 1967, General Emeka Ojukwu declared Nigeria’s southeastern Biafra region an independent state, sparking what would become a bloody civil war that claimed more than one million lives. Fifty years on, many veterans from both sides of the conflict have taken their stories to the grave, but FRANCE 24 managed to meet with some who shared their memories of bravery, desertion and near-death experiences.Visualiser
Guerre de sécession au Nigeria16min 22sPanorama14 Juil. 1967Reportage sur la guerre de sécession au Biafra, état oriental du Nigeria fédéral, avec notamment une interview du colonel Odumegwu Emek OJUKWU.Visualiser
Femmes Igbos du Nigeria 51mn29Lady NGO MANG18 Déc. 2014L’émission Lady vous écoute du 18 décembre 2014 consacrée aux « Femmes Igbos du Nigeria ».
Une très belle émission de la chaine câblée TELESUD nous offre à travers une thématique, rarement abordée dans les médias, la possibilité de découvrir l’Afrique autrement en misant résolument sur ses atouts culturels côté féminins.
Un autre regard du Nigeria incontestablement !
Visualiser

Please verify your email to access your donation history.

Nous sommes désolés, mais votre transaction a échoué. Veuillez essayer à nouveau ou contacter l’assistance du site.

UBANATU Regina - Copyright: John FOLEY/Opale - Date: 20090916
Regina Ubanatu, Biographie de l’auteure.
Picture

Naissance à Ihiala, Anambra State (Nigeria)

1965
Picture

Sécession de la province du Biafra (Nigeria) suivie dune guerre civile; Regina est évacuée par des humanitaires dans un camp de réfugiés à Libreville (Gabon)

1967
Picture

Arrivée en France pour être soignée

1970
Picture

Sa famille africaine est retrouvée après plus de 10 années de séparation

1978
Picture

Participation à 2 missions humanitaires en Afrique (Maroc-Mauritanie-Sénégal et Mali avec l’association « Handicap Nord-Sud ») organisées par le Cercle Sportif de l’Institution Nationale des Invalides de Paris

1995-1996
Picture

Création de l’association ‘Réponses Initiatives Femmes Handicapées’ - RIFH - (www.rifh.org)

1996
Picture

Audition dans le cadre de la Mission de Préfiguration Bernard Stasi (27 octobre 2003) pour la création de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) ex-Défenseur des Droits

2003
Picture

Rencontre avec Bernard Kouchner, ex- French Doctor au Biafra et ancien ministre

2004
Picture

Parution du récit autobiographique « La petite fille qui dansait dans sa tête » (préfacé par B. Kouchner) - Editions de l’Archipel

2010
Picture

Création du Fonds de Dotation « Never Forget Biafra »

2012
Picture

Sortie en livre de poche du livre : Princesse blessée

2019